French
German
 
Ajouter au carnet
'Un contexte nouveau'
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

Vous êtes ici: Deuframat > ... > Un contexte nouveau

Un contexte nouveau

La vie politique connut deux années d'agitation à la suite des menaces brandies par Bismarck de modifier le statut de l'Alsace-Lorraine. Elle se traduisit par l'élection de députés protestataires en 1887, puis l'année suivante par l'instauration de passeports pour les Français désireux de se rendre en Alsace. Mais bientôt la fièvre retomba et l'on entra dans une période d'apaisement, marquée par les longues tractations au sujet du nouveau statut. Celui-ci fut accordé en mai 1911: il conférait à l'Alsace une certaine autonomie, avec l'élection au suffrage universel direct d'un Landtag siégeant à Strasbourg.

La nouvelle orientation de la vie politique intervenait au moment où l'Alsace entrait dans une grande phase d'expansion économique. De grands progrès étaient réalisés dans l'industrie et le commerce, particulièrement à Strasbourg qui vit l'installation de plusieurs grandes entreprises modernes, les Tanneries de Lingolsheim et les Ateliers de construction mécanique de Koenigshoffen. Les progrès économiques que tous les habitants pouvaient constater contribuèrent également à créer un climat favorable à l'apaisement politique.

Fig. 21

 

 

 

 

 

 


Source: D. Poncin: En pays mal conquis: Les Allemands vus par l'Alsacien Jean-Jacques Waltz, dit Hansi. Poitiers (La Licorne) 1994

 Enfin, cette période coïncidait avec un renouvellement de générations; à partir de 1890 arrivait à l'âge adulte une génération qui n'avait jamais connu le régime français. La connaissance qu'ils pouvaient avoir de la France, ils la tenaient des récits de leur famille. 

 Deux témoins de cette époque livrent leurs analyses de la profondeur des changements: 

 Frédéric Eccard, pasteur alsacien, juriste et homme politique est un représentant de la bourgeoisie libérale francophile: "Chez les Alsaciens de la nouvelle génération, l'influence française est toujours prédominante, mais elle ne peut s'exercer que par l'intermédiaire de leurs parents ou de leurs amis en France...La génération qui a atteint en 1895 l'âge d'homme a subi le contact de la civilisation française et de la civilisation allemande. Elle donne la préférence au premier de ces deux courants, mais ne peut négliger le second." 

 Otto Flake, dont les parents étaient des Altdeutsche, fit ses études universitaires à Strasbourg et fut avec l'alsacien René Schickelé le fondateur de plusieurs revues strasbourgeoises dont le Stürmer. Il faisait partie au début du XXe siècle de ces jeunes écrivains qui s'intéressaient aux problèmes alsaciens et il incarnait des sentiments de la nouvelle génération allemande plus ouverte aux réalités de l'Alsace: 

 "Au début du XXe siècle, la germanisation a en face d'elle un opposant de marque, en pleine possession de ses moyens, la classe dirigeante profrançaise qui se rassemble et se consolide autour des intellectuels qui craignent la disparition de leur petit monde à cause de la rapidité de l'évolution économique. Tout en reconnaissant les avantages et l'enrichissement que pourraient apporter la réconciliation avec l'Allemagne, cette classe se réfugie dans son intransigeance, préférant un sacrifice à un rapprochement payé par le renoncement de l'Alsace à son identité... 
 A côté de ces irréductibles se trouvent d'autres qui, par suite des circonstances ou de leur profession ont eu des contacts plus étroits avec des Allemands ou qui sont d'un caractère indépendant, ou qui voudraient réaliser leurs aspirations professionnelles dans un cadre plus large que l'Alsace. La nécessité de faire de la politique oblige à accepter comme une réalité l'Allemagne, ses dirigeants, ses institutions, si on ne veut pas se couper en tant que dirigeants bourgeois, des autres classes sociales qui se sont ouvertes entretemps à la politique sans le concours de cette bourgeoisie... 
 Depuis la création de l'Empire, le goût, la volonté de développement, le libéralisme, l'autocritique ont fait des progrès incontestables en Allemagne, un genre de vie allemand s'élabore progressivement. Celui-ci une fois perfectionné devra être reconnu par les Alsaciens. C'est ce que les Allemands espèrent."

Liens: