French
German
 
Ajouter au carnet
'L'intégration des employés'
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

Vous êtes ici: Deuframat > ... > L'intégration des employés

L'intégration des employés

La période qui débute en 1890 voit l'entrée en scène des employés, en particulier les fonctionnaires du Land et des Ministères d'Alsace-Lorraine dont les effectifs se sont multipliés depuis vingt ans. Ils entrent maintenant pour près de 22% dans la formation des unions mixtes, contre 14% précédemment. Parallèlement, la part des ouvriers et des artisans est en net recul, en moyenne de cinq points. Il serait tentant d'interpréter ce phénomène comme un relèvement du milieu sociologique des mariages mixtes et d'imaginer une plus grande tolérance de la société strasbourgeoise à leur égard. Une analyse plus affinée, notamment l'étude de la fonction exacte, du degré de responsabilité, amène à nuancer le propos. Elle conduit à constater que presque tous appartiennent au niveau inférieur de leur catégorie. Agents de police ou des prisons, secrétaires des postes, des télégraphes et, plus tard du téléphone ou des chemins de fer; employés des impôts et des douanes ; secrétaires ou garçons de bureau de l'administration municipale: presque tous occupent des fonctions moyennes ou subalternes qui les situent à des niveaux de responsabilité peu élevés. Seuls douze employés ou fonctionnaires sur un total de 220 qui ont été relevés peuvent être classés dans la catégorie des cadres de l'administration impériale.

Les familles alsaciennes se montrent réticentes à accepter de donner en mariage leurs filles à des fonctionnaires d'un niveau plus élevé, d'abord parce que ceux-ci sont les représentants du pouvoir allemand. Or ils ont souvent pour habitude de manifester d'un esprit de caste, de s'estimer d'une essence supérieure et de ne laisser aux Alsaciens que des postes d'exécution. Cette situation est particulièrement tangible dans une administration aussi neutre que celle des postes et télégraphes. En effet, en 1882 les emplois de direction et d'inspection sont accaparés en raison des deux tiers par les Prussiens, les Saxons et les Bavarois, tandis que les Alsaciens occupent les trois quarts des emplois de facteurs (Postboten), porteurs de télégrammes et petits employés (Postschaffner).

Liens: