French
German
 
Keine Seiten in der Sammlung.
 
 
 
 
 

Charlemagne alias Karl der Große

Charlemagne ou Karl der Große? Loin d’être banale, cette question renvoie à deux traditions différentes de s’imaginer l’apparition, le rôle politique et l’importance historique du premier empereur franc. Vous vous en rendrez compte en étudiant et en comparant les textes suivants. Ils ont été choisis dans des manuels d’histoire français et allemands de la Troisième République et de l’Allemagne nazie. Vous verrez aussi en étudiant ces textes que chaque époque historique s’imagine Charlemagne à sa manière particulière. Autrement dit, la discussion sur Charlemagne continuera. Dans son empire beaucoup de peuples européens vivaient ensemble. Aujourd’hui l’Europe unie se crée. Pour les peuples européens, c’est peut-être le moment de se souvenir à nouveau de leur ancêtre franc et de discuter ensemble le rang historique qui lui convient. – Travail en groupes.

Groupe a)

Transformation de la Germanie (Blanchet/Toutain, 1908)

Avec l’œuvre de la conquête commença l’œuvre de la civilisation. De hardis missionnaires, dirigés par Sturm et les moines de Fulda, travaillèrent à la conversion du pays.. Ils fondèrent un grand nombre d’abbayes et d’évêchés, qui devinrent plus tard des villes florissantes. Ainsi furent bâties les villes de Münster, Osnabrück, Brême, Halberstadt, Hildesheim, Verden, Paderborn, Minden. En même temps Charlemagne entreprit de grands travaux publics. Il fit jeter des ponts sur le Rhin, à Mayence, et sur l’Elbe. Il essaya même d’unir par un canal le Mein au Danube et d’ouvrir ainsi une communication directe entre la mer du Nord et la mer Noire. Enfin il soumit les Saxons aux lois et à l’administration des Francs. Désormais la Germanie chrétienne allait entrer dans la société civilisée. Charlemagne a été le créateur de l’Allemagne. 

Vocabulaire: une conquête – Eroberung ; hardi,e – kühn, mutig ; Sturm – 1. Abt des Klosters Fulda ; une conversion – Bekehrung ; un évêché – territoire qui est soumis à l’autorité spirituelle d’un évêque ; florissant,e – blühend.

Die Sachsenkriege. Karl und Widukind (Schmitthenner/Fliedner, 1940)

Im Jahre 8o4 war endlich Sachsen befriedet. Befestigte Bischofssitze, Klöster und Königshöfe dienten hinfort als Stützpunkte. Die ersten Bistümer waren Verden, Bremen, Osnabrück, Münster, Paderborn und Halberstadt; später kamen noch Minden und Hildesheim hinzu. Über 30 Jahre hatte der Sachsenkrieg gedauert, über 20 Heerfahrten hat Karl unternehmen müssen. Seine ganze gewaltige Kraft hat er an das ungeheuere Werk gesetzt. Aber solange es Deutsche gibt, denen Freiheit und Ehre, Volk und Vaterland als unüberbietbare Hochziele gelten, solange wird Herzog Widukind in seiner furchtlosen Heldenhaftigkeit als ein zweiter Armin gefeiert werden. Und doch! Für Karl spricht die Geschichte. Er war es, der die Deutschen zu einem Volk zusammenzwang, und gerade die Sachsen sollten es sein, die den Deutschen nach 1oo und etlichen Jahren durch ihre großen Herrscher das Reich schenkten, das bald zum mächtigsten Staatsgebilde Europas hervorwuchs. 

Analyse:

  1. Comment les deux textes décrivent-ils la transformation de la Germanie due à la lutte de Charles contre les Saxons?
  2. Comment Charles a-t-il pu consolider sa conquête en Germanie? Qui l’a aidé?
  3. Les deux textes ne partagent pas la même conception du rôle historique et de la grandeur de Charlemagne. Dégagez la différence.

Groupe b)

Charlemagne et les Saxons (Blanchet/Lavisse, 1912)

Les Saxons, peuple d’Allemagne, étaient païens. Plusieurs fois, des missionnaires étaient venus dans leur pays ; ils les avaient massacrés. Charlemagne les vengea: il vainquit les Saxons, détruisit les idoles et fit bâtir des églises et des monastères. Cependant les Saxons se révoltaient toujours: ils avaient pour chef un homme énergique appelé Witikind. Charlemagne employa des moyens rigoureux ; il fit couper la tête aux chefs des Saxons, et il exila de nombreuses familles. Enfin Witikind se soumit et se fit chrétien. Les chefs saxons imitèrent cet exemple. Peu à peu, la Saxe tout entière se convertit au christianisme et se civilisa. 

Vocabulaire: païen,ne – heidnisch ; venger – rächen ; une idole – Götzenbild, Kultfigur ; un monastère – Kloster; rigoureux,se – hart, unerbittlich; se convertir – sich bekehren. 

Widukind, unser Vorbild! (Füßler, 1937)

Wenn wir heute in Widukind einen der größten Männer der deutschen Geschichte verehren, so denken wir nicht an das, was er erreicht, sondern an das, was er gewollt hat. Er wollte nichts wissen von Ausländerei und fremdem Zeug. Er wehrte sich mit aller Macht gegen das unvölkische Weltreich der Franken. Sein hohes Ziel war vielmehr, seinen Sachsen ihre angestammte germanisch-deutsche Art zu erhalten. Noch manchmal haben die Deutschen später um ihr urdeutsches Vätererbe kämpfen müssen, zuletzt unter der Führung unseres Volkskanzlers Adolf Hitler. Den ersten dieser Kämpfer für ein reines Deutschtum kennen wir schon. Es ist Armin, der Römersieger. Widukind ist der zweite in der Reihe dieser großen Männer. 

Analyse/Commentaire: 

  1. Quelle est la nature du conflit entre Charlemagne et les Saxons d’après Blanchet/Lavisse? Les « moyens rigoureux » employés par Charlemagne dans ce conflit étaient-ils justifiés à votre avis? 
  2. Comment Widukind est-il présenté dans les deux textes? Essayez d’expliquer pourqoui Füßler ne parle pas de la conversion de Widukind dans son texte. 
  3. Le texte de Füßler, publié en 1937, exprime un point de vue national-socialiste. Qu’est-ce qui le montre?

 

 

Groupe c)

La Gaule franque et l’Europe sous les Carolingiens (Amman / Coutant, 1904)

La race carolingienne doit son nom au plus illustre de ses membres, Charlemagne (c’est –à-dire Charles le Grand). La grandeur de cette famille a résulté de la grandeur des services qu’elle a rendus aux Francs et à l’humanité. Charlemagne a continué et développé l’œuvre de ses pères: il a reconstitué l’unité de la Gaule par la conquête de l’Aquitaine ; il a mis un terme aux incursions incessantes des Germains sur le territoire franc par la conquête de la Germanie ; il a rétabli dans l’Occident l’ordre et la sécurité qui manquaient depuis le début des invasions barbares.
Utile à la Gaule et aux Francs, le règne de Charlemagne a eu une utilité aussi grande pour l’humanité entière. Non seulement, par les victoires qu’il a remportées au delà du Rhin, il a, suivant la forte expression de Guizot, « mis la barbarie hors de cause, et l’a rendue incapable de renouveler les grandes invasions » ; mais encore, dans les écoles de l’Occident qu’il a créées, la vie intellectuelle s’est réveillée, la moralité a grandi. C’est cette première Renaissance qui a été le point de départ incontestable de toute la civilisation moderne. 

Vocabulaire: une race – hier: Geschlecht, Familie; mettre un terme à qc – einer Sache ein Ende bereiten; une incursion – ein (militärischer) Einfall; incessant,e – unaufhörlich, ständig; Guizot (1787 – 1874): homme politique et historien français; mettre hors de cause – außer Kraft setzen. 

Germanisch-römische Mischkultur (Schmitthenner/Fliedner, 1940)

Durch seine enge Verbindung mit Rom und römischem Christentum vollendete Karl den Bruch in der germanisch-deutschen Kulturentwicklung, der sich bereits vorher, besonders durch Bonifatius und Pippin angebahnt hatte. Mit der gleichen Tatkraft, die ihn auf allen Gebieten auszeichnete, leitete er das Zeitalter der germanisch-römischen Mischkultur ein. In seinem ganzen Wesen ein Vollgermane, war er doch der größte Gönner und Förderer der von ihm bewunderten römisch-christlichen Kultur. (...) Aber so glänzend diese römisch-kirchliche Bildung und Kunst auch der damaligen Welt erscheinen mochte, dem germanisch-deutschen Volke blieb sie völlig fremd. Bildung und Volksleben standen sich feindlich gegenüber und wurden durch eine Kluft getrennt, die selbst der gewaltige Karl nicht zu überbrücken vermochte. Römischer Fremdgeist begann sein zersetzendes Werk. 

Mots utiles: ein Bruch – une rupture; Kulturentwicklung – un développement culturel; Mischkultur – une cohabitation, une symbiose; Vollgermane – un Germain à 100%; Gönner – un protecteur; Bildung – une éducation; Volksleben – la culture populaire; die Kluft – le fossé; Fremdgeist – une influence extérieure; zersetzend – subversif,ve. 

 Analyse: 

  1. D’après le premier texte la lutte de Charles contre la « barbarie » comprend deux aspects. Lesquels? Citez quelques faits historiques qui illustrent votre réponse. 
  2. Expliquez l’expression « la Gaule franque ». Quel territoire de l’Europe actuelle comprenait-elle à peu près à l’époque carolingienne? Qui en étaient les habitants? Qui y régnait avant les Carolingiens? 
  3. Qu’est-ce que le deuxième texte reproche à Charlemagne et son règne? Que signifie le terme « Mischkultur » dans le vocabulaire nazi? 

Links: