French
German
 
Ajouter au carnet
'Perspectives'
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

Perspectives

La tombée du mur et la réunification de l’Allemagne n’ont pas mis à l’épreuve seulement les relations politiques entre les deux pays. D’un point de vue culturel, ces faits signifient tout d’abord un nouveau défi dans la mesure où les conditions réciproques de perception se modifient. En France, une vieille peur est réveillée chez une partie de l’intelligentsia, celle de prétendues tentatives hégémoniques de l’Allemagne sur l’Europe. En même temps, on craint également que l’Allemagne ne relâche son orientation exclusive vers l'ouest, en particulier sa relation avec la France, et qu’elle ne se tourne vers ses anciennes "zones d’influence" culturelles en Europe de l’Est et en Europe centrale.

D’un autre côté, l’intérêt porté par les étudiants et les jeunes scientifiques aux questions sur l’Allemagne, en particulier sur les problèmes de la réunification, augmente en même temps que la demande dans les médias d’informations touchant les réalités de l’Allemagne. On se plaint un peu partout en Allemagne de l’intérêt faiblissant porté à la France, un diagnostic qui correspond peut-être à une évaluation générale de la culture et de la société françaises, mais qui jusqu’à présent n’est confirmé ni par le nombre de diplômés à l’université, ni par l’éventail des thèmes de thèse ou d’études. Même si les filières d’étude 'allemand' et 'français' en France et en Allemagne connaissent certains changements, l’interconnexion croissante des filières d’étude dans le domaine des sciences sociales a pour effet une intensification de l’échange non seulement de connaissances et de méthodes, mais aussi de traditions scientifiques et de cultures d’universités. Les traductions entre les deux langues ne se trouvent en aucun cas en régression, elles se maintiennent à un niveau constant.

Fig. 16

Selon la devise "Choisir le français, ça paie" (Französisch zahlt sich aus), l’université franco-allemande fait de la publicité dans l’ensemble du territoire fédéral pour les avantages de l’apprentissage du français ou de l’allemand, en mettant l’accent en particulier sur l’économie.

Source Internet [1]

Certaines choses ont changé de façon fondamentale : Les confrontations avec "l’ennemi juré" qui ont stimulé les relations culturelles sur de nombreux plans, comme la période de réconciliation qui avait fait progresser ces stimulations à maints égards, appartiennent toutes deux au passé. Les relations culturelles franco-allemandes [2] perdent ainsi de leur exclusivité, le temps du miroir polarisant est révolu. Mais cela ne veut pas dire que ces relations ne demeurent pas vivantes. Elles deviennent à certains égards plus confuses, mais en revanche aussi plus variées et certainement plus complexes par les réseaux grandissants, elles perdent petit à petit leur caractère national. Au sein du processus multilatéral de transformation déclenché par l'unification européenne, les relations franco-allemandes ont une importance capitale justement du fait de leur caractère exemplaire.