French
German
 
Ajouter au carnet
'La difficile mémoire d'un territoire européen à l'ère des nations'
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

La difficile mémoire d'un territoire européen à l'ère des nations

Après sa disparition des cartes politiques, l'Autriche antérieure tomba dans l'oubli pendant près de 150 ans. Quelle en est la cause? A une époque d'enthousiasme pour la nation et de politique basée sur le concept d'État-nation, cette Autriche antérieure faite d'une mosaïque de petites principautés ne cadrait pas bien dans le paysage politique. Cultiver la mémoire de ce pays aurait signifié suivre une ligne de pensée européenne. L'Autriche antérieure ne pouvait ni contribuer à la construction d'une identité nationale, ni faire l'objet d'une historiographie orientée autour de personnages particuliers ou d'États. Composée d'une multitude de territoires, elle se dérobait à toute conception nationale. Mais ce ne sont pas uniquement les vastes courants nationaux du XIXe siècle qui ont effacé jusqu'à la mémoire de ce pays. Les États nouvellement fondés et leur historiographie à prédominance nationale ne voyaient également dans ce territoire entre-temps partagé aucun sujet d'étude digne d'intérêt. Les historiographies nationales classiques, avec leur fonction de légitimation, étaient plus axées sur les nouveaux petits États allemands et sur leurs traditions dynastiques ou populaires que sur les régions européennes.

Fig. 10

Affiche électorale pour le référendum du 9 Décembre 1951

 

 

 

 

 

Photo: Landesbildstelle Württemberg, Stuttgart
Source Internet [1]

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la dynamique politique résultant d'une exaltation de la nation ne s'est que trop clairement manifestée, que l'on s'est souvenu pour un temps de l'Autriche antérieure comme d'un modèle pour la création d'un "État du Sud-Ouest" [2] visant la suppression des frontières nationales du XIXe siècle.