French
German
 
Ajouter au carnet
'L'originalité de l'exemple strasbourgeois. L'origine nationalitaire des immigrés allemands: Badois, Wurtembergeois, Prussiens, Saxons, Poméraniens. '
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

Vous êtes ici: Deuframat > ... > 

L'originalité de l'exemple strasbourgeois. L'origine nationalitaire des immigrés allemands: Badois, Wurtembergeois, Prussiens, Saxons, Poméraniens.













Population des Etats limitrophes présente à Strasbourg



  1880 1895 1910


Total % Popul. Allemande Total % Popul. Allemande Total % Popul. Allemande

Badois 7 418 24 10 692 24 12 984 26
Wurtembergeois 3 374 11 5 630 12,7 5 458 11,5
Palatins 2 277 7 2 859 6,4 13 688 7,4
Hessois 785 2,5 1 418 3,2 1 235 2,5




  (Source: Statistische Mitteilungen über Elsass-Lothringen)

Fig. 8
[1]
 L'Empire allemand en 1871 [2] : les Etats et leur population

 

 

 

 

Source: Uberfill, 2001

Fig. 9

Carte de la population de l'Empire allemand en 1871

 

 

 

 

 

Source: Uberfill 2001

Dans les premières années du Reichsland domine de façon écrasante l'élément prussien qui représente 41,5% des Altdeutsche. Ce sont pour les quatre cinquièmes des représentants du sexe masculin: plus d'un sur deux est un militaire. Toutefois, près de la moitié est originaire de la province rhénane [3] , un territoire mieux connu et moins chargé de connotations négatives pour les Strasbourgeois; seuls 3% proviennent de la province orientale, 5% de Silésie, 8% des provinces saxonnes. Ils sont suivis, dans l'ordre, des ressortissants des Etats limitrophes (41%): Badois, Wurtembergeois et Palatins. Les militaires y sont peu représentés. Par contre, les représentants du sexe féminin sont majoritaires (55%).

Qu'est ce qu'un Altdeutscher
On appelle "Altdeutsche" les Allemands "de souche", ceux qui font partie depuis longtemps de l'Empire allemand, par opposition aux populations annexées en 1871, les Alsaciens-Lorrains et les Polonais. Dans les recensements allemands d'après 1870, on distingue toujours les Alsaciens-Lorrains, pour lesquels on a créé une nationalité spécifique, des Altdeutsche

Cependant, si l'on abandonne un moment le critère national pour n'envisager les entrants que du seul point de vue géographique, on constate que les Allemands sont originaires des régions rhénanes, c'est-à-dire un espace que délimitent le Rhin, le Main et la Forêt Noire. Ces Rhénans alimentent dès 1820-1830 un courant d'immigration vers Strasbourg. Entre l'espace rhénan et Strasbourg, ville de commerce et de services, se sont établis des rapports de proximité et durant la période de paix qui se prolonge jusqu'à 1870 se sont développés de nombreux échanges tant économiques que culturels. Enfin, à l'exception des Wurtembergeois, la religion dominante de leur Etat d'origine est la religion catholique. Ainsi les Rhénans présentent toute une série de caractères qui laissent présager un comportement commun dans le creuset strasbourgeois. 

La situation à la fin du siècle (recensement de 1895) n'a guère changé. Le total des Vieux Allemands est passé à 33%. La prépondérance prussienne s'est encore accrue. Cette nation représente maintenant quelque 20.000 individus et domine la garnison. Par contre, la part des ressortissants des Etats limitrophes est restée remarquablement stable, autour de 45%. Le recensement de 1910 présente quelques nouveautés. En effet, si l'élément prussien reste toujours en tête avec 22.000 individus, sa part relative parmi les Altdeutsche diminue (40,7%), alors que la part des Badois s'est considérablement renforcée. Si l'on ne tient compte que des populations civiles, les Badois constituent à cette date le groupe national le mieux représenté à Strasbourg. Leurs voisins, Wurtembergeois, Palatins et Hessois, n'ont pas connu la même progression.

Il apparaît ainsi à la fin du Reichsland que les Prussiens qui avaient fourni depuis 1871 les grosses vagues de l'immigration sont attirés en moins grand nombre par Strasbourg, et de façon plus générale par l'Alsace, et que leur flux connaît une sorte d'essoufflement. Par contre, les Etats limitrophes continuent d'envoyer et d'entretenir de gros contingents à Strasbourg. Pour la dernière période du Reichsland, les Nahwanderer (immigrants de proximité) l'emportent nettement sur les Fernwanderer (immigrants des pays lointains).

Face à une arrivée massive et continue d'éléments extérieurs - en 1905, les Altdeutsche représentent à Strasbourg près de 70.000 personnes -, comment va réagir la population alsacienne? Va-t-elle pratiquer le repli sur soi, se détourner des nouveaux arrivants, ou, passé le choc de la défaite et de l'annexion, entrer en relation avec eux? L'étude des mariages entre immigrants allemands et Alsaciens permet de répondre partiellement à cette interrogation.