French
German
 
Ajouter au carnet
'Lieux de mémoire : le culte politique des morts en France et en Allemagne'
 
Carnet vide.
 
 
 
 
 

Etienne François [1] & Reinhard Koselleck [2]

Source Internet [3]

* Le présent texte reprend en première partie (Chapitres 1 et 2 d'Etienne François) des passages d'un article paru sous le titre "Ecrire une histoire des lieux de mémoire allemands: Pourquoi ? Comment ?", dans une collection dirigée par Freddy Raphaël : Travail sur la figure, travail de la mémoire, Strasbourg 1998, pp. 57 66. Les chapitres 3 à 6 rédigés par R. Koselleck reprennent eux aussi, dans une version largement raccourcie, des éléments d'un article paru tout d'abord dans les entretiens de Jacob Burckhardt à Castelen, 3, Bâle 1998. Les textes de R. Koselleck ont été traduits de l'allemand par Martine Ferrebœuf-Huhle. Dans le texte publié ci-dessous, la documentation des images fut nettement réduite et toutes les illustrations ont été remplacées par des sources Internet. Nous remercions infiniment les auteurs pour avoir, dans le cadre du projet Deuframat, remanié leurs articles.

Le Professeur Dr Reinhart Koselleck, docteur honoris causa, s'est attaché depuis le début des années 1970 à l'étude de la comparaison du culte des monuments tout spécialement en France et en Allemagne. Parmi ses nombreuses publications, il ne sera fait référence ici qu'au thème suivant :
Les monuments aux morts, contribution à l'étude d'une marque visuelle des temps modernes. In : M. Vovelle (Ed.) : Iconographie et histoire des mentalités, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris 1979, pp. 113-130. (La traduction allemande de cet article est parue sous le titre Kriegerdenkmale als Identitätsstiftungen der Überlebenden. In : O. Marquard et K.-H. Stierle (Ed.) : Identität, collection du groupe de recherche Poétique et Herméneutique VIII, Munich 1979, pp. 256-276.

Le Professeur Etienne François [4] a publié, en collaboration avec le Professeur Dr Hagen Schulze, un ouvrage en trois volumes sur le thème Lieux de mémoire allemands (Verlag C.H. Beck, Munich 2001), déjà considéré aujourd'hui comme l'un des ouvrages standards sur le thème Culte des morts et de l'identité nationale.